Non, ne levez pas les yeux au ciel tout de suite !!! Oui, on va parler de pierres, de cristaux, et je sais ce que vous pensez, mais non, on ne vous fait pas un trip New Age.

Lorsque j’ai commencé à avoir des maux de ventre il y a deux ans, je me suis mise à rechercher tout ce qui pourrait me soulager. Docteurs, nutritionnistes, acupuncteurs… certaines choses m’ont aidée, d’autres non, mais ça a vraiment été un moment où je me suis ouverte à des horizons nouveaux. C’est vers ce moment-là que Laura, qui avait entendu parler de mes maux de ventre (et de ma rupture amoureuse), m’a envoyé quelques pierres. Elle m’a écrit un mot qui expliquait pourquoi elle m’envoyait ces pierres en particulier (l’aragonite et la tourmaline noire), et depuis elles ne quittent pas mon chevet. M’ont-elles guérie ? Probablement pas. Mais j’aime l’énergie qu’elles m’apportent quand je les regarde ou que je les serre dans ma main… c’est vrai !

Donc quand G, sur le point de partir à LA, nous a dit : « Allez, on fait un post sur les pierres ! », j’ai tout de suite appelé Laura. Elle utilise les minéraux, mais c’est un sujet qui la passionne tellement qu’elle a développé une appli baptisée Stone, pour sensibiliser les gens aux différentes pierres et leur expliquer leurs vertus. Aujourd’hui, Laura nous parle de sa découverte des pierres, de leur fonctionnement, de la raison de leur succès. Elle nous explique aussi lesquelles choisir pour bien démarrer l’année, que vous soyez en quête de changements radicaux ou que vous cherchiez juste quelque chose de beau à mettre sur vos étagères.

_____________________

Laura Nolte | Stone

Les pierres, ce n’est pas nouveau, et c’est un sujet qui a toujours divisé les gens : il y a ceux qui croient aux pierres et ceux qui n’y croient pas. Ne vous inquiétez pas, pas besoin d’aimer le tie and dye, le patchouli et le yoga pour être fan de minéraux. En cherchant, vous trouverez peut-être quelques messieurs respectables, en costume, la 60aine bien entamée, qui ont des pierres dans les poches. Aujourd’hui, les amateurs de pierres se reconnaissent en posant la question : « Et vous, vous croyez aux pierres ? » Mais en fait, que vous y croyiez ou non, il existe de nombreuses façons de profiter des pierres et de leurs vertus.

Les adeptes s’enthousiasment, les sceptiques lèvent les yeux au ciel, les profanes marmonnent deux ou trois clichés sur le sujet, et puis il y a ceux qui sont un peu au milieu de tout ça : le groupe des j’ai-vraiment-envie-de-croire-en-un-truc-différent. Ils sont méfiants mais curieux, légèrement fascinés par ces symboles positifs, tentés d’y croire, même avec réticence.

Et moi, je fais partie de ces gens-là. J’avais envie d’en savoir plus. Et quand je me suis penchée sur le sujet, j’ai fait appel à mon ami et spécialiste en minéraux Andrew, pour créer ensemble un glossaire des pierres, pour chaque pierre de couleur qu’on collectionnait, comme une espèce d’introduction aux pierres.

L’histoire pourrait débuter par « C’est forcément à Los Angeles que… » J’étais en voyage d’affaires en Californie où j’ai rencontré Andrew, un publicitaire blasé qui avait tout plaqué et enfin trouvé paix intérieure et force grâce – je vous le donne dans le mille – aux pierres…. Tout à coup, nos après-midis à siroter du rosé au Château Marmont et nos lendemains de cuite au bord de la piscine se sont transformées en après-midis healthy à parcourir LA en quête de pierres.

On s’est arrêtés chez Spellbound Sky à Silver Lake, où j’ai trouvé une rose des sables (favorise la relaxation en profondeur) pour moi, une tourmaline noire (qui neutralise les bad vibes) pour une collègue, et une pierre dalmate pour une autre. Cette dernière est censée calmer les esprits qui ont tendance à tout sur-analyser (attention : offrir des pierres, c’est tout un art. Cette collègue l’a un peu mal pris. Mais ça valait le coup). J’ai aussi trouvé une belle fluorine pour mon mari, qui favorise la concentration. (Et je ne l’ai pas fait uniquement pour moi, FYI).

Deux semaines plus tard, on ébauchait du design de notre appli sur les nappes en papier d’un resto sur Bowery. Et quelques mois plus tard, on lançait Stone, un outil expliquant les vertus apaisantes/curatives de nombreuses pierres connues, à la manière de Vogue plus que d’un vieux fanzine New Age. Il permet aussi aux gens de trouver les pierres qui leur correspondent le mieux grâce à un « guide des vibes » intuitif. Besoin de plus d’amour dans votre vie ? L’appli vous conseillera le quartz-rose qui mobilise les qualités du cœur. Envie de créativité ? L’appli vous mènera à la calcite orange, la pierre idéale pour rallumer l’étincelle artistique qui sommeille en vous.

Les pierres deviennent de plus en plus mainstream. Et le bien-être – entre le SoulCycle, Headspace (l’appli méditation), l’horoscope des Astro Twins ou « J’ai un super acupuncteur » … est dans l’air du temps. Des célébrités comme Katy Perry, Adele, Naomi Campbell, David Beckham ou Kate Hudson ont tous déclaré qu’ils croyaient aux pierres. Même les jeunes citadins un peu cools y prêtent attention. La culture du bien-être alternative qui a vu le jour aux US dans les années 70 n’est plus si alternative.

Mais alors, pourquoi maintenant ? C’est certainement à cause ou grâce au numérique (nos vies virtuelles). On est exposés à davantage d’informations sur le bien-être et donc à même d’en savoir un peu plus, et de partager nos découvertes. Et en même temps, ce qu’on veut vraiment, c’est une façon de s’éloigner de la source-même qui nous a fourni ces informations. On fait une indigestion de connectivité, on est esclaves de nos téléphones. Cette dépendance à nos boîtes de réception, le flot incessant des textos, la transe du flux Instagram, les posts FB, Tinder… tout ça a suscité un désir profond de croire en quelque chose de plus grand. Quelque chose qui nous permette de nous sentir forts, bien, calmes.

Difficile d’ignorer des éléments auxquels les gens croient depuis si longtemps. On sait que les pierres ont été utilisées dans l’Égypte ancienne, en Grèce, au Mexique, il y a des milliers d’années. D’ailleurs, le terme « cristal » est le terme grec signifiant « glace », parce qu’on pensait que le quartz transparent – la Beyoncé des pierres comme on l’explique sur Stone – était de la glace éternelle envoyée du ciel.

Au cours des siècles, de centaines de cultures et de religions ont fait appel aux pierres à des moments où elles avaient besoin d’aide : guerre, mariage, mort, même pour atténuer l’effet de l’alcool en période de libations excessives (l’améthyste, pierre violette bien connue, vient du terme grec améthustos, signifiant « non intoxiqué »). Même Cléopâtre se serait baignée dans du quartz rose dans le cadre d’un régime amaigrissant. Alors que la communauté médicale ignore les pierres faute de preuves scientifiques, leur popularité continue à se confirmer. Et peut-être que comme pour la religion, vouloir démontrer les choses scientifiquement n’est pas nécessaire quand il s’agit de bien-être. Croire en quelque chose peut parfois suffire.

Vous êtes toujours dubitatifs ? Pas de problème ! Prenez les minéraux comme un joli placebo, une agréable babiole.

Que vous y croyiez ou non, les pierres sont porteuses d’un spectre de vibrations. C’est pour ça qu’on les utilise en physique ou en chimie, et qu’on en trouve dans les montres et les ordinateurs. Difficile de conclure que les vibrations émises n’auraient pas d’effet sur le corps humain ou l’esprit …

La concordance des événements écologiques, géologiques et même astronomiques qui ont préfiguré à l’existence de certains cristaux est incroyable. Couleur, composition, énergie, toucher… autant d’éléments auxquels on répond tous différemment en fonction des pierres. On a tous besoin de choses différentes à différents moments de nos vies. Un minéral peut avoir des vertus protectrices caché dans une poche. Ça peut être un talisman. Un outil pour mieux méditer. Un souvenir. Un rappel. Et même un style assumé. C’est ce qu’on adore avec les pierres, mais plus que tout la flexibilité de leurs vertus curatives. Qui dépendent de la manière dont chacun interagit avec la pierre.

Et c’est aussi un beau cadeau à faire. A une amie qui a un chagrin d’amour, on peut envoyer une boîte remplie de rhodochrosites. Ce sont un peu les nouvelles fleurs… qui ont l’avantage de ne jamais faner. On ajoute toujours un petit bouquet de feuilles de sauge ou un bâtonnet de bois sacré Palo Santo, à faire brûler pour purifier les cristaux. C’est important afin que leurs vertus restent optimales. Quand un banquier d’investissement vous appelle pour savoir où il peut trouver des bâtonnets de Palo Santo pour nettoyer sa malachite, on se dit que ce monde fou s’en sortira peut-être.

Et comme on vient de fêter la fin d’une année (et quelle année !), voici une liste des trois cristaux les plus importants pour bien débuter 2017 :

CORNALINE : Une pierre d’un bel orange profond qui stimule la confiance en soi, la motivation et la passion. Que demander de plus pour bien débuter l’année ? Faites converger toutes vos résolutions vers cette pierre, vous n’aurez plus peur d’agir, vos doutes s’envoleront.

MALACHITE : Certains l’appellent la pierre de la richesse, mais c’est plus que ça. Elle aide à stimuler votre volonté et votre créativité, vous permet d’aller où vous voulez. De vous lancer dans la voie dont vous avez toujours rêvé. Que vous soyez en quête d’argent, de pouvoir, de gloire, la malachite peut vous aider à trouver le bon chemin, pour les bonnes raisons.
PYRITE : Une pierre très puissante. Ne dormez pas à côté, vous ne fermerez pas les yeux. Mettez-la sur votre bureau, là où vous travaillez, vous ferez des étincelles. Cette pierre de l’action nous permet de repousser notre peur de l’échec, de concrétiser nos aspirations, de donner à nos velléités créatrices un dénouement heureux.

________________________________

Merci Laura! Download Stone app | @stoneproject