Je ne sais pas si me suivez sur Instagram, mais c’est un peu en train de devenir mon journal intime visuel, et même si j’adore cette appli (et que je la déteste en même temps)(comme tout non-millenial qui se respecte) il y a un truc que je déplore vraiment, c’est que les images n’effleurent que la surface des choses et qu’on n’y raconte pas grand chose.

Du coup j’ai décidé de vous faire un petit point hebdo. Et où je commente les images que je poste, qu’on rigole un peu, deux secondes.

beach kite the update instagram garance dore photos

La semaine dernière a commencé à Miami, sous un soleil de plomb une pluie diluvienne. Pour tout vous dire j’étais assez fracassée par mes voyages (j’ai bien dû faire 50 heures d’avion en tout le mois dernier) et donc je n’avais qu’un but, dormir (dans l’espoir de retrouver un teint frais), courir (dans l’espoir de retrouver la ligne en vue de mon voyage au Mexique prévu pour le début d’année) et manger des ceviches (dans l’espoir de manger des ceviches).

Du coup au premier rayon de soleil, je me suis jetée sur la plage (à Miami on peut courir sur la plage, elle est dure comme… Mes abdos d’ici au Mexique) avec mes Nike aux pieds et ma musique à fond. J’étais en total mode Rocky Balboa, je sentais mes courbes s’affermir à chaque foulée (c’est un peu mon problème, deux séances de sport et je me demande pourquoi mon jean est toujours aussi serré).

Mon autre problème, quand je cours dehors, ce sont les distractions. Au bout de cinq minutes, j’ai bloqué sur les kite surfs à l’horizon. Puis j’ai vu ces deux filles s’étirer et j’ai fait semblant de prendre une photo du paysage alors que j’étais totalement en train de les espionner en mode longue vue. Ensuite j’ai repris ma foulée, puis j’ai voulu prendre en photo les cabines multicolores sur la plage. Puis ensuite on vendait des mangues sur le boardwalk, et il a fallu que j’en achète, nouvelle vie saine oblige. Ensuite, je ne pouvais plus courir avec mes mangues.

Bienvenu dans mon cerveau, quoi.

gym weights the update instagram garance dore photos

C’est pourquoi, dépitée mais toujours en état d’urgence (« le Mexique putain le Mexiiiiiiique ») je décide de me rabattre sur la salle de gym et là, tout va bien mais je ne sais absolument pas quoi faire avec les instruments de torture qui sont devant moi.

Je cours deux minutes sur le tapis, puis je trouve une bien meilleure activité sportive, prendre une photo et vous demander comment rester gaulée (ou dans mon cas, le devenir) quand on voyage.

Merci pour vos conseils géniaux. En ce moment même, j’explore toutes les options que vous m’avez proposées. Au lieu de les mettre en pratique.

miami beach the update instagram garance dore photos

Ça c’est moi sur la plage, juste avant ma séance de dédicaces, seule et heureuse. Ouais enfin on était trois quoi. Et Emily a pris la photo.

miami sunglasses still life the update instagram garance dore photos

Le lendemain, après une séance aussi poussée que celle du jour précédent,  je rejoins Emily et son mec, Josh, au Soho House, tellement bourré de monde à l’heure du brunch qu’il faut écraser des corps (huilés et rasés de près) pour passer, ce qui prouve que cette photo peaceful est totalement une construction Instagram. D’ailleurs pour rajouter à l’angoisse, les mouettes nous attaquent et piquent carrément une aile de poulet à Josh. Il est temps de nous envoler pour Dallas.

vogue paris coffee the update instagram garance dore photos

J’ai un peu des journées de dingue en tournée, parce qu’il faut continuer à bosser avec l’équipe de New York tout en faisant un million de trucs sur place, donc j’essaye de me lever hyper tôt pour me faire un petit dej sympa et cette nouvelle édition de Vogue Paris, avec comme invitée spéciale la merveilleuse Vanessa Paradis photographiée par les merveilleux Inez et Vinoodh, est parfaite. Je kiffe avec mon oatmeal.

majectic dallas the update instagram garance dore photos

J’ai eu cette idée à la fois complètement cool ET saugrenue de faire vivre à mon bouquin la vie du nain de jardin d’Amelie Poulain, et Emily et moi, à chaque fois qu’on arrive dans une nouvelle ville, on se plante devant le monument le plus connu et on le prend en photo. Parfois c’est une maxi galère qui nous prenddeux heures, comme à Hollywood. Ou à Dallas, où « le monument le plus connu » divise un peu les foules. Et pourtant, on a demandé aux locaux. On a fini par se rabattre sur le Majestic, parce que c’est beau, et qu’on avait trop faim pour faire trois fois le tour de la ville.

fried chicken food the update instagram garance dore photos

Donc moi j’essaye de manger sain parce que putain Mexique, et Emily, elle prend du poulet pané frit, avec des pommes de terre écrasées et de la sauce bien grasse appelée gravy, pour vous donner une idée du nombre de calories. Et moi je mange une salade niçoise à Dallas. Délicieuse, mais c’est quand même le plat d’Em que j’ai photographié.

Après ça, book signing, puis le lendemain matin 6h, avion pour La La Land. Youpeeeee la vie ! Youpeeeeeeee les cernes !!!

feet in water pool the update instagram garance dore photos

Déjà que je rêve de m’installer à LA, mais alors là, pouvoir piquer une tête entre deux rendez- vous, c’est la kiffance intégrale. J’adore, mais j’adore, mais alors j’adore LA.?Book signing trop sympa avec ma copine Rashida Jones, puis dîner, puis le lendemain journée d’interviews où je commence à dire absolument n’importe quoi (au bout d’un moment, on ne sait plus comment répondre aux journalistes, et quand on est fatiguée, ce que je commence à être sérieusement, on finit par les confondre avec des psys. Surtout si comme moi, on décide de prendre des interviews téléphoniques en direct de son divan lit.)

Interlude sans photos

Je n’ai pas de photos pour ça, parce que je suis beaucoup trop chic pour dégainer mon iPhone au Château Marmont – donc j’espère que vous me croirez sur parole, parce qu’il faut quand même que je vous raconte. Et que je vous fasse un peu de name dropping, parce qu’il n’y a pas de LA sans dropping de names.

Donc j’avais rendez-vous avec mon amie Corinne Bailey Rae (Name dropping #1) au Château (le Château Marmont est une célébrité à lui tout seul, donc name dropping #2) et on n’arrivait pas à se trouver tellement j’étais crevée. Là, non sans croiser Harvey Weinstein (name dropping #3)(absolument inutile pour mon récit) et Ali Larter (Mais siiiiiiii la fille super belle de Heroes!!! Name dropping #4)(inutile aussi) j’avais aux pieds mes toutes nouvelles Saint Laurent Paris trop belles en cuir vernis (Name dropping de marque, légitime pour une blogueuse mode) que j’étais probablement en train d’admirer au moment où je me suis pris les pieds dans les marches pour aller m’écrouler dans les bras grands et forts de Jason Segel (Name dropping #5, le dernier, promis) qui, trop mignon, m’a demandé trois fois si j’allais bien.

Même la fatigue, à LA, c’est trop glamour.

the update instagram garance dore photos

Le lendemain matin, 6 heures dans le Uber, en route pour San Francisco, j’ai grave des frissons. Et je ne suis absolument pas aussi glamour que sur cette photo #tbt qui date de l’année dernière. J’ai le cheveux en bataille, je ne suis pas maquillée et je suis habillée d’une manière non identifiable, parce qu’après deux semaines de voyages, ma valise dépasse et de loin le poids autorisé par ma compagnie aérienne, donc j’ai décidé de devenir une valise humaine et d’empiler 5 tenues les unes sur les autres.

J’étouffe, mais on ne me fera pas vider ma valise, même sous la menace.

En fait, on me fait vider ma valise. Et je dois rajouter une sixième couche pour arriver à 23 kilos, où aller faire trois heures de queue au service après-vente pour payer 100$ pour le poids d’un sweat shirt. Monde sans pitié.

in my bag love style life book the update instagram garance dore photos

Comme je parle beaucoup trop, je vais vous laisser admirer les entrailles de mon sac, pris en photo pour cet article dans New York Post.

golden gate bridge love style life book san francisco the update instagram garance dore photos

Avant d’aller à une interview, on fait un tour #NainDeJardin par le Golden Gate, que je n’avais jamais vu. C’est absolument sublime, et émouvant, et merveilleux, si ce n’est que je me prends les pieds sur le bitume et que je m’étale à moitié à terre. Encore ? Oui. Se prendre les pieds dans… Rien ? La fatigue. Oh, le jour d’avant, j’ai oublié mon pouce dans l’entrebâillement d’une porte qui s’est violemment refermée sur lui. Pouce enflé, bleu, douloureux. Oublier des parties de son corps derrière soi ? La fatigue.

Le soir-même, on enchaine avec ma séance de dédicaces et là j’avoue, je vois les étoiles. Je suis absolument épuisée. Mais c’est génial et mes lectrices (et quelques lecteurs) sont beaux et adorables. Je rentre me coucher directement après. Demain, je rentre à la maison.

chris norton christmas tree the update instagram garance dore photos

Chris m’envoie cette photo, qui me réchauffe le coeur. Non seulement je rentre et je vais enfin le serrer dans mes bras, après deux semaines sans le voir, mais en plus, il a acheté un sapin.

C’est notre premier sapin à tous les deux. On est vachement contents. Heureux, même. Welcome home.

whitewhite