Bonjour depuis Upstate New York (la cambrousse, quoi) où mon équipe et moi sommes en train de passer une toute petite semaine.

C’est marrant de se retrouver tous ensemble dans une grande maison. C’est un peu le rêve de se dire qu’on est tous contents, après une année plus que chargée, de se retrouver et de pouvoir enfin débriefer jusqu’à n’en plus pouvoir sur toutes les choses qu’on a faites, bien faites, moins bien faites, les moments qu’on a adorés et ceux qu’on a détestés. Et de pouvoir rêver à ce que sera l’année prochaine.

(Oui, pour moi, depuis toujours, l’année commence en septembre.)

C’est aussi un bon moment pour parler de plein d’autres choses, hyper personnelles, de nos problèmes de poils aux cours d’éducation sexuelle hyper détaillés d’Erik, notre photographe et notre gourou à toutes, et aussi le seul mec perdu dans une nuée de filles à bandanas.

On a aussi emmené Chris, mais bon, il se fait un stage de golf à l’heure qu’il est et ne rentre que pour les déjeuners et les dîners, autrement dit pour mettre des trucs à griller sur le barbecue, le truc préféré des mecs.

Parfois on me demande comment je gère mon équipe… Et je ne sais jamais comment répondre.

C’est vrai que tous ceux qui passent au studio me disent qu’il y a une ambiance de rêve. On entre et c’est lumineux, tout le monde est cool et drôle et adorable…

Moi-même parfois, je me pince pour y croire.

Pour moi, les gens avec qui l’on travaille, c’est comme une seconde famille. On n’est pas forcément pareils, mais on s’aime et on se soutient. J’apprends sur le tas et on essaye vraiment, avec Emily qui est ma plus proche collaboratrice, de toujours penser à comment faire les choses à notre manière, sans forcément suivre les schémas établis. Voici les 10 choses que j’ai apprises depuis que j’ai commencé à travailler en équipe.

– Il faut toujours que les choses soient claires, dès le départ. Par exemple, pour moi, le plus important, c’est que personne n’arrive au studio avec des bad vibes. Ça peut arriver, bien sûr, d’avoir des moments difficiles dans la vie. Mais rien ne justifie de faire la tronche, ou de médire, ou de se recroqueviller dans son petit monde. Je dis ça à tous ceux que j’embauche et je n’hésite pas à avoir une conversation dès que je sens des ondes négatives. Ça dénoue tout de suite les situations. (Si je pouvais être aussi claire en amour, ce serait vraiment cool, ahah.)

– Il faut donner sa confiance, et toujours partir du principe qu’une erreur n’est rien de plus que ça, une erreur. Ça arrive.

– Ça ne sert à rien de presser les gens comme des citrons. Je pense que les gens travaillent trop, à New York, je vous l’ai déjà dit. En ce moment au Studio, on est en pleine réduction du temps de travail. De toutes façons, chacun est tellement passionné par son job qu’ils bossent même quand ils ne bossent pas. Ça ne sert absolument à rien de les attacher à leurs ordis.

– Ne jamais, jamais, jamais élever la voix. C’est infantilisant et humiliant. Yuk.

– Dans cet esprit, j’essaye d’appliquer aux autres ce que je fais moi-même. Je n’aime pas travailler de la même manière tous les jours et je n’aime pas qu’on contrôle ce que je fais. Je considère chaque membre de l’équipe comme un indépendant et du moment que le travail est fait, peu m’importe où et quand le travail est fait.

– De temps en temps, il est important de boire des margaritas tous ensemble. Jusqu’au bout de la nuit.

– Plus les gens restent, mieux on se connaît, mieux on travaille. Il est important de rester vigilant, de voir l’évolution de chacun et de les aider à faire les tâches qui les inspirent le plus. Reconnaître quand ils ont grandi (Emily par exemple, qui travaille avec moi depuis quatre ans et a commencé comme assistante, est aujourd’hui ma business developper et j’espère un jour ma CEO !) et ne pas les garder cantonnés à ce qu’ils font bien, mais les pousser à apprendre et à évoluer.

– Parfois, bosser, c’est se prendre un fou rire tous ensemble.

– Mais il ne faut pas avoir peur de se séparer quand les choses ne sont plus aussi magiques. C’est hyper triste. Mais on se retrouvera peut être un jour ! J’essaye de faire en sorte que les départs se fassent en douceur, aider à trouver le prochain job par exemple et donner le temps (à New York, on se fait virer en deux semaines !!! Vous imaginez l’angoisse ?) qu’il faut pour que ce ne soit pas un drame, mais une évolution naturelle.

– Parfois, les meilleures idées viennent de là où on ne les attendait pas. Il faut écouter tout le monde, stagiaires compris !

– Personne n’est parfait, et surtout pas moi. Je me confonds souvent en excuses, et j’assume complètement mes erreurs, et j’en fais plein. On est tous comme ça au studio, et quand ça arrive, on se soutient et on essaye de trouver une solution.

– Avoir une petite équipe, c’est magique ! On peut partir à la campagne tous ensemble !!!

Voilà. Je continue à apprendre tous les jours. Je réalise l’immense chance que j’ai de pouvoir créer mes propres règles au travail, et de m’entourer de gens qui m’inspirent. Moi qui avais si peur du monde du travail quand j’étais ado, je me rends compte à quel point ça peut être chouette et intéressant – une vraie aventure humaine !

C’est comment pour vous dans votre boulot ? Vous vous y plaisez ? Vous avez des idées à nous donner pour qu’on travaille mieux ensemble ?

Gros bisou de toute l’équipe !

Suivez-nous sur Instagram pour voir toutes les photos de notre retraite ! @studiodore #GDTeamRetreat

instagram Upstate team retreat Garance Dore studio photos